Damned Lies

One of the most pressing, if not the most pressing, problems in contemporary politics is the problem of lies. Perhaps it is not so much a contemporary as a permanent problem, though that does not make any less urgent. But perhaps it is even more pressing now, due to the intellectual trends permeating our society, a pervasive skepticism of the very idea of truth, which refashions facts, and especially inconvenient ones, into opinions, the better to dismiss them. Or so argues ― compelling in my view ― the German writer and journalist Boris Schumatsky.

He makes his case in the context of Russia, but I’m afraid that while that country, and its leaders, are the most extreme example of this trend, they are not the only one. I don’t mean to equate others with Vladimir Putin. I don’t mean to deny the role of democratic institutions and media in checking the politicians’ tendency to lie. I will return to these points in a separate post. Still, I think that Mr. Schumatsky’s argument should at least serve as a warning to all of us.

If you can read German, you should read the original version on his website. If not, please have a look at my translation, which I am publishing below, with Mr. Schumatsky’s kind permission.

***

Russia Is a Lie: Putin and Postmodernism

Boris Schumatsky

The biggest difficulty in dealing with Russia is this: Russia lies. This blanket statement sounds like a Cold War slogan, and yet it is the only way to do justice to reality. When I wrote my first newspaper articles after the fall of the Soviet Union, I always avoided journalistic jargon such as “Moscow wants,” or “the Kremlin claims…” When I read that “the Russians invade Chechnya,” I had to think of my friends in Moscow, and that seemed to make about as much sense as Ronald Reagan’s “Evil Empire” speech. Today, I do not only write that my native country is has become an Empire of Lies. Russia is itself a lie.

Lies begin with simple facts. First, there were no Russian soldiers in Crimea, and then there were. First there were none in eastern Ukraine, and then there were, but they had just run off there―no, they were on vacation there, and anyway they just want peace. It all sounds confusing, but it’s a strategy.

As a political instrument, a lie is especially effective when it doesn’t involve self-deception. A political lie is only a lie if the liar doesn’t himself believe in it. As for Putin’s lies, only his sympathizers and supporters, inside and outside Russia, believe them. If one tries to find even a kernel of truth in the Russian web of lies, one becomes a “useful idiot” of the Kremlin. A bit like a well-known Russia-connoisseur on German television. First she repeated Putin’s lie that he hadn’t sent any Russian soldiers in the Ukrainian Crimea. And then she still held on to this position, even after Putin admitted that there were his soldiers there after all. Moscow happily refutes its own lies, as soon as they are no longer useful. How its stooges deal with that, the Kremlin doesn’t care. It knows that they’ll make up some justification for themselves.

The regime mostly employs those lies which have long floated around in the darkest corners of the Russian society. Old lies work best, as for example the NATO-lie. It holds that the aggressive block is encircling the Motherland ever more narrowly. Other lies are newly-invented and told by Putin’s friends in the East and West: the Ukrainians are fascists, and Russians must, as in World War II, protect their homeland against the fascists.

The friends of the Russian autocracy misunderstand the politics of lying. The Kremlin doesn’t really aim at people believing its lies. Putin wins when other heads of government let the lies stand uncontradicted. Putin surely knows that at least some politicians see through him. But: they don’t call a con a con, nor an invasion an invasion, nor a hybrid war a war. Its opponents’ motives are secondary for the Kremlin, whether it’s their fear of Russian nuclear weapons, or the pacifism of their voters. When the truth is absent, the lie wins.

“Try to live in truth” was the appeal of the dissidents from Socialist realism, Aleksand Solzhenitsyn in 1974, and Václav Havel four years later. From their demand for truth there developed, after the breakup of the Soviet bloc, a claim to leadership, and that did not go down well with the then-young generation, which grew up bearing the marks of postmodernism, and which I belonged as well. What did Solzhenitsyn, with his folksy Russianness, or a Wałęsa with his Catholicism, have to tell us? This grandfatherly wisdom wasn’t even worth deconstructing. History was at an end, and we would ride the wave of postmodernism to eternal peace.

It was a brave new world of diversity and difference, freed from binding values in thought and politics, emancipated from the dictates of universal human rights. We paid no heed to Jürgen Habermas when he recognized, in the postmodern critique of reason, a new wave of the counter-enlightenment. Yet it did not take long before our liberating postmodernism found its distorted image in the media populism of a Berlusconi, as the philosopher Maurizio Ferraris writes in his Manifesto of New Realism, and then in Putin’s propaganda state. Vladimir Putin is an even better postmodernist than his Italian buddy. Putin’s Russia lies because it honestly and wholeheartedly believes that there is no truth anyway. In the late Soviet period, neither people like Putin nor people like I believed the communist slogans. As the Soviet ideology faded away, there began at the same time a search for a new “national idea” for the masses. The latest of these ideas is the Orthodox-religious Russian world. The chimera of Russia’s special way grew up on the dung heap of the blood-and-soil ideologies of the past century, and of course it is constructed through and through, as one would have said in the past. Today I will simply say “made up.” Putin’s Russia is a lie. His subjects actually believe neither in God nor in soil or blood, but only in the two letters PR, public relations [in English in the original]. This belief entails that anyone can be bought, from journalists to politicians, from Russians to Americans. Nobody tells the truth, and the only thing that counts is what in the contemporary Russian language is called “Pi-Ar.” That is Russia’s true truth, and this truth is a lie.

The Kremlin drags the world into its geopolitical game, and this game is ruled by political postmodernism. Each player has his own truth, or even truths, which he freely adjusts according to need. For only one thing matters: who is strong enough, to impose his truth on his opponent? Vladimir Putin and his faithful know the rules of this game not from philosophical texts; they have learned them in the street.

“A lie told by bullies,” that’s what Ernest Hemingway called fascism. The key difference between Putinism and Hitler’s fascism is that fascists and National-socialists largely believed their own lies. The Putinist, by contrast, believes in one thing only: lying as a life principle. If, like Vladimir Putin or I, one grew up in a Soviet city, one learned that in elementary school already. One is surrounded by a group of bullies: “you’ve ratted on me to the teacher,” says one of them, though that’s the first time one even sees him. If one says, “that’s not true,” one is beaten up right away. If one apologizes, is first mocked, and then pummelled.

A victim’s whine coupled with a clenched fist is not an unknown pose. Putin’s Russia jumps into the ring like a superpower, even as it complains about Western machinations. The Kremlin is fully aware of the weaknesses of the Russian state, economy, and military. But in a street fight, one hides one’s weaknesses. The enemy must think that you are strong. The enemy must wet his pants. He must believe that, if challenges your lie, he’ll get punched in the face double quick. He can de-escalate, which is what politicians everywhere in the world try to do with Putin. He can appeal for peace, but as a result, the bully also cries “Peace!” before throwing his punch.

If the person who is being attacked does not defend himself from the lie in the first place, he won’t defend himself against the violence either. He’ll be beaten up, and indeed the attacker has already won the moment his victim did not call him a liar.

Needless to say, Russia is not just a nation of violent brutes who unscrupulously shoot down passenger aircraft. Needless to say, there is also another Russia, and not just one either. Yet all the diversity of Russia has been sent off to internal or external exile. Until the mirage dissolves, the millions of potato farmers or math teachers, bank clerks or copy-editors have no more political impact than someone who, like me, has left Russia. There is only one voice to be heard now in Russia, the voice of the collective Putin, and it reduces everyone else to silence.

Today’s political language is no longer suitable to the collapse of the conventional order in Europe and the world. The old slogans about the aggressive American imperialism only obscure the circumstances of the war for the “Russian world.” Similarly, the analytical framework of post-colonialism is inadequate to the murders of the “Islamic State.” We have no concepts for that yet. But as a start, one could, all the postmodern doubts notwithstanding, again call a war a war, and lies, lies.

It’s the same with Russia’s lies as with the heating at my place in Berlin once upon a time. I used to live in a building with coal stoves, and the residents, one after the other, would install their own gas heating, at their own expense. One neighbour saw in that a “threat to his basic principles.” In an as-yet un-gentrified Kreuzberg, one spoke that way about rent increases. He kept on dragging two buckets of coal every day up to his tile stove. He stopped saying hello to us. The more neighbours joined the club of the modernizers, the fiercer he became. Just like Putin, who initially had himself wanted to join NATO. But our cold-resistant neighbour did not break the wall into my apartment; did not occupy my kitchen with the gas heater, and did not cry, like Putin about Ukraine, “You are endangering my existential interests!”

“There are no facts, only interpretations.” This saying of Nietzsche’s, so beloved by postmodernists, has now showed its true meaning, which Ferraris explains as follows: “The reason of the strongest is always the best.” This is, paradoxically, the exact opposite of what people like Michel Foucault actually wanted to achieve. For when power is always dictating terms, the power alone is real. The present conflict with post-modern thought about the idea of reality is no coincidence. Speculative realism wants to think reality as independent from our perception, while the nuovo realismo distances itself from the political implications of postmodernism: “That of which the postmodernists dreamt, the populists made real,” says Ferraris.

Of course it wasn’t philosophy that produced Berlusconis or Putins all over the world. But the rejection of their politics of lies also requires us to revise our postmodern habits. Postmodernism’s plural concept of truth has been shot down in Ukraine. Putin forces us to turn back to reality. Realpolitik is being displaced by the real, by the old-fashioned adventure of naming things. We no longer have the luxury of relative truths and devalued values. In Russia the lie has won yet again, and yet again only a simple, black-and-white language can do justice to this tragedy. Here is how Solzhenitsyn put it: “Violence can only be concealed by lies, and lies can only be upheld through violence.”

La constitution retrouvée

J’ai écrit, il y a quelques mois, que le discours constitutionnel du Parti Québécois s’apparentait à celui du Tea Party américain (ainsi qu’à celui du UK Independence Party) en ce qu’il se fonde en bonne partie sur la notion d’une « constitution perdue ». La « constitution perdue » est celle d’une époque passée, abolie au terme d’un processus de changement constitutionnel illégitime qui a résulté en une usurpation du pouvoir populaire par une institution éloignée et non-démocratique:

La constitution perdue du PQ, c’est la constitution canadienne des années 60 et 70,  d’avant le rapatriement de 1981-82, d’avant la « la Charte à Trudeau » qui aurait imposé au Québec la doctrine honnie du multiculturalisme et le pouvoir des juges de la Cour suprême. Tout comme la constitution perdue du Tea Party, celle du PQ aurait été subvertie par un processus politique et judiciaire illégitime, le rapatriement et l’adoption de la Charte canadienne s’étant fait sans le consentement du Québec. Tout comme le Tea Party, le PQ déplore un transfert du pouvoir à un organe anti-démocratique (en l’occurrence, la Cour suprême du Canada) qui priverait la province de son autonomie traditionnelle et constitutionnelle. Cette autonomie est associée non pas strictement à la grandeur nationale, mais plutôt à une pureté culturelle qui joue le même rôle dans le discours nationaliste québécois que cette dernière dans le discours de l’exceptionnalisme américain.

Un texte publié ce matin par Pierre-Karl Péladeau à l’occasion du 32e anniversaire de la promulgation par la Reine de la Loi constitutionnelle de 1982 illustre à merveille cette rhétorique ― et le caractère frauduleux de cette dernière.

M. Péladeau soutient que l’avis de la Cour suprême dans le Renvoi sur le rapatriement aurait « désarmé le Québec en lui faisait perdre son droit de veto ». S’appuyant sur des allégations soulevées par Frédéric Bastien, il affirme qu’

[a]fin de favoriser l’adoption de la Charte canadienne des droits et libertés qui allait leur donner plus de pouvoir, au moins deux des neuf juges de ce nous pourrions dorénavant convenir d’appeler la Cour politique suprême ont partagé de l’information confidentielle avec Ottawa et Londres.

La Cour, selon lui,

était en flagrant conflit d’intérêts puisque la Charte allait lui octroyer d’énormes pouvoirs que d’aucuns ont qualifiés de gouvernement des juges.

Le résultat de cette décision « gravissime » n’aurait été rien de moins que la perte de la constitution. D’une part, « [l]es principes mêmes de la démocratie parlementaire en étaient ébranlés ». D’autre part, « Ottawa pouvait dorénavant ignorer les fondements historiques mêmes de la fédération ».

La Charte canadienne des droits et libertés, soutient M. Péladeau, aurait résulté en la perte de « notre compétence exclusive en matière d’éducation », en l’imposition du « multiculturalisme canadien », lequel « consiste[rait] à banaliser et saper la culture québécoise sur le territoire même du Québec », notamment par l’imposition d’accommodements raisonnables, « diminuant la propension des Néo-Québécois à s’intégrer à la majorité francophone et à nos valeurs de générosité et de solidarité. » Bref, avec

le rapatriement constitutionnel, le Québec a […] perdu son statut de foyer national d’un des peuples fondateurs du Canada. Il a été rabaissé au rang d’une province comme les autres où divers groupes cohabitent en vertu de diverses valeurs, règles et cultures.

Voici donc ce récit de la constitution perdue que nous offre le probable futur chef de l’Oppositon officielle, et propriétaire du plus important groupe médiatique du Québec. Ce récit ment, tant par ce qu’il dit que par ce qu’il ne dit pas.

Pour commencer, si la Cour suprême avait voulu, comme le prétend faussement M. Péladeau, accélérer le rapatriement, l’adoption de la Charte canadienne, elle n’aurait pas statué que les conventions de la constitution canadienne rendaient le rapatriement unilatéral par le fédéral illégitime. Le procès d’intention que fait M. Péladeau à la Cour ne peut résister à l’évidence de ce jugement, qui a grandement contrarié le premier ministre Trudeau et donné raison aux provinces. À l’époque du Renvoi sur le rapatriement, faut-il le rappeler, le Québec n’était pas seul dans son opposition au gouvernement de Pierre Trudeau ― il avait l’appui de toutes les provinces, en fait, sauf l’Ontario et le Nouveau-Brunswick. Par ailleurs, les juges de la Cour suprême n’ont pas établi, au terme d’une étude fort détaillée des précédents en matière d’amendement constitutionnel, l’existence d’un veto du Québec (ou d’une exigence plus générale d’unanimité). Il n’y a donc pas de raison de prétendre que le Québec a perdu son veto constitutionnel ― il n’en avait jamais disposé.

Les reproches que fait M. Péladeau à la Charte canadienne sont également dénués de fondements dans la réalité. La Charte canadienne a peu affecté la Loi 101, n’ayant que donné le droit à des enfants de parents éduqués en anglais au Canada (et non seulement au Québec) d’envoyer leurs enfants à l’école anglaise, et imposé un examen individualisé dans les cas d’enfants soupçonnés d’avoir recours aux « écoles-passerelles ». Les règles sur l’affichage que contenait la Loi 101 ont bien été partiellement invalidées ― mais c’était en vertu de la Charte des droits et libertés de la personne québécoise, dont M. Péladeau ne mentionne même pas l’existence. La même Charte québécoise impose les accommodements raisonnables ― dont, par ailleurs, les plus fréquents demandeurs et bénéficiaires, en matière religieuse, ne sont pas les « Néo-Québécois » (un terme péjoratif qui cache la présence de certaines communautés culturelles distinctes au Québec depuis des siècles), mais les Québécois « de souche » appartenant à des groupes religieux minoritaires. Du reste, la Charte canadienne ne s’oppose guère à la laïcité, comme le prétend M. Péladeau. Au contraire, une des toutes premières décisions de la Cour suprême à l’appliquer, R. c. Big M Drug Mart,  consistait, en fait, en l’invalidation de la Loi sur le jour du Seigneur, qui enfreignait manifestement ce principe.

Il faut aussi rappeler que la Charte canadienne permet aux législatures de restreindre les droits qu’elle protège, pourvu que ce soit « par une règle de droit, [et] dans les limites qui soient raisonnables et dont la justification puisse se démontrer dans le cadre d’une société démocratique. La seule chose que le Québec (et les autres provinces) ait perdue au terme du rapatriement de 1981-82 est donc la faculté de violer les droits de ses citoyens d’une façon injustifiable dans une société libre et démocratique. Est-ce vraiment à regretter? Et l’identité et la culture québécoise sont-elles faibles au point ne pouvoir être protégées que par des violations de droits injustifiables?

La constitution perdue que M. Péladeau essaie de nous faire regretter, celle qui permettait à nos gouvernements de faire fi de nos droits en adoptant des lois telles que la Loi sur le jour du Seigneur, n’a rien de très attrayant. Il n’est donc pas surprenant que M. Péladeau, tout comme ses compagnons d’armes idéologiques, ait recours à la tromperie flagrante pour nous séduire. Le résultat des dernières élections permet cependant d’espérer que les Québécois ne sont pas dupes. En ce jour d’anniversaire, il ne faut pas pleurer la constitution perdue, mais bien célébrer celle que nous avons trouvée.

Absurde censure

Un employeur québécois a-t-il le droit de dire à ses employés comment voter (ou ne pas voter)? C’est la question que pose un article paru dans La Presse ce matin. Louise Leduc écrit que le patron d’une usine de Delson « a envoyé une lettre à son personnel lui enjoignant de ne pas voter pour le Parti québécois ». Certains employés sont indignés, un d’eux décrivant la lettre comme « inacceptable et immorale ». Personnellement, je ne vois rien d’immoral à ce qu’un patron fasse état, à ses employés, sur une situation politique qui a des répercussions sur l’entreprise où ils travaillent. Les syndicats font régulièrement la même chose, en appuyant un parti politique et recommandant à leurs membres de voter pour celui-ci, sans qu’on les accuse, autant que je sache, d’immoralité. Il ne s’agit pas d’un cas où un patron menacerait de congédier un employé pour la façon dont celui-ci a exercé son droit de vote, mais de la simple expression d’une opinion. Autant un patron qu’un syndicat peut avoir un point de vue particulier, informé par ses circonstances propres, sur les enjeux politiques. S’il veut en faire part, cela ne me paraît pas illégitime.

Mais est-ce légal pour autant? Car, on l’a vu encore la semaine dernière lorsque le Directeur général des élections a censuré un documentaire produit et diffusé sur YouTube par des médias citoyens pour combattre l’élection du PQ ― un acte de censure très probablement conforme à la Loi électorale, comme je l’expliquais ici ―, le législateur québécois n’a pas ménagé d’efforts pour s’assurer que les partis politiques et les médias traditionnels dominent le débat pré-électoral. Pour tous les autres, selon le législateur, une campagne électorale n’est qu’une occasion de se taire. Et cela inclut, évidemment, les employeurs et les syndicats, autant que les médias citoyens ou tous les autres acteurs de la société civile.

Tout dépend, en vertu de la Loi électorale, de la façon dont on fait passer son message. Si un chef syndical donne une entrevue à un journal ou à un poste de télévision et y annonce son appui à un parti politique, il n’y a pas de problème, les alinéas 1 et 4 de l’article 404 de la Loi exemptant respectivement la publication d’entrevues ou de nouvelles par « un journal ou autre périodique » et leur diffusion « par un poste de radio ou de télévision ». Si un chef d’entreprise écrit une lettre ouverte appelant ses employés à voter pour un parti et qu’un journal la publie, pas de problème non plus, toujours en vertu de l’alinéa 1 de l’article 404. Si un syndicat publie un message au même effet via les médias sociaux, il y a déjà danger, car en théorie, le temps utilisé par un employé du syndicat pour produire un tel message devrait probablement être considéré comme « service » au sens de l’article 402 de la Loi électorale, ce qui en ferait une dépense électorale interdite. Et si un syndicat choisit de diffuser ce message en faisant imprimer et en distribuant à ses membres un dépliant, il rentre certainement dans l’illégalité, comme le confirme la décision de la Cour d’appel du Québec dans Métallurgistes unis d’Amérique, section locale 7649 (FTQ) c. Québec (Directeur général des élections), 2011 QCCA 1043, une affaire où la FTQ avait été condamnée pour avoir distribué à ses membres un dépliant les avertissant des dangers que représentaient, selon elle, les engagement électoraux anti-syndicaux de l’ADQ.

Qu’est-il donc du cas décrit par La Presse? Ça dépend, encore une fois, notamment de la façon dont la lettre a été transmise aux employés, que l’article ne précise pas. Si elle leur a été envoyée par la poste, le coût de son envoi est une dépense électorale prohibée par la Loi électorale. Si elle a été imprimée et affichée dans l’usine, le coût de l’impression l’est probablement aussi. Si elle a été transmise par courriel, peut-être pas, selon que son auteur est un employé ou non (ça ne me paraît pas, non plus, tout à fait clair ― on le décrit comme « le président » de l’usine; mais est-il le propriétaire?).

Quoi qu’il en soit, cette situation illustre bien, une fois de plus, l’absurdité de la façon dont la Loi électorale régit le débat public à la veille d’une élection. Pourquoi le choix de la technologie utilisée pour diffuser un message ― un courriel ou une lettre sur papier ― devrait-il déterminer la légalité de sa diffusion? Pourquoi un même message devient-il permis s’il est diffusé via les médias, mais pas si une personne ou une organisation (qu’il s’agisse d’une entreprise, d’un syndicat ou de n’importe qui d’autre) prend ses propres moyens pour le diffuser?

Comme je l’ai déjà souligné à plusieurs reprises, la Loi électorale est inconstitutionnelle ― bien que, dans l’arrêt Métallurgistes unis, la Cour d’appel ait conclu le contraire ― et ces incohérences appuient ma conclusion. Il s’agit d’une loi qui censure l’expression d’opinions politiques au moment même où leur diffusion est la plus importante, en campagne électorale. Et, comme je l’ai également souligné dans le passé, ce sont surtout les mouvements sociaux, les syndicats et les acteurs de la société civile qui subissent cette censure. Il est bien sûr trop tard pour l’élection de lundi prochain, mais le prochain gouvernement, quel qu’il soit, devrait s’occuper d’amender la Loi électorale en profondeur. Sinon, j’espère qu’il se trouvera quelqu’un pour en contester, une fois de plus, la constitutionnalité devant les tribunaux.

Ce que l’on sème

Depuis au moins les années 70, les penseurs et les politiciens « progressistes » se sont beaucoup préoccupés du rôle de l’argent en politique. Ils ont également cherché à donner aux partis politiques une place centrale dans le cadre du débat pré-électoral, comme je le soulignais ici. L’idée était que les riches, par leurs contributions aux partis ou leurs interventions dans le débat électoral, créeraient des distorsions dans le processus politique et en arrangeraient les résultats en leur faveur. La Loi électorale du Canada et, plus encore, la Loi électorale québécoise reflètent cette façon de penser, tout comme les arrêts de principe de la Cour suprême en la matière, Libman c. Québec (Procureur général), [1997] 3 R.C.S. 569 et  Harper c. Canada (Procureur général), [2004] 1 R.C.S. 827, 2004 CSC 33.

Or, comme je l’ai déjà expliqué à répétition, ce ne sont pas les méchants riches qui subissent les effets de cette législation, mais plutôt les acteurs de la société civile qui souhaitent s’exprimer à l’extérieur ou même à l’encontre des partis politiques. Ce sont les étudiants, les syndicats ou les individus impopulaires. Les lois électorales limitent leur capacité de se faire entendre, en limitant les dépenses qu’ils ont le droit d’encourir, en période électorale, pour aider ou combattre l’élection d’un candidat ou d’un parti. Hier, encore un groupe de la société civile l’a appris à ses dépens.

Il s’agit des organisations qui, pour faire obstacle à l’élection du Parti québécois grâce à son projet de « Charte des valeurs » (alias la Charte de la honte) qu’ils jugent électoraliste, ont produit un court documentaire intitulé « La Charte des élections ». Le Directeur général des élections leur a écrit, les sommant « de cesser, pour la durée de la présente campagne électorale, de diffuser et de promouvoir le film en question ». Selon le DGE, « les coûts reliés au tournage, à la diffusion et à la promotion » de ce film « constituent des dépenses électorales » au sens de l’article 402 de la Loi électorale. Les producteurs du film ne partagent pas cet avis, comme le rapporte Le Devoir, qui parle de « censure électorale ». Une des auteurs du film, Claudine Simon, affirme qu’il « n’a rien coûté », parce qu’il était fait d’extraits tirés d’un autre film réalisé et diffusé avant le lancement de la campagne électorale (La Charte des distractions),  qu’elle a montés en quelques heures. N’empêche, ils ont obtempéré à la demande du DGE.

Pour Mme Simon, l’épisode tient de la « censure » et « soulève plusieurs questions sur l’équilibre entre la façon d’appliquer la Loi électorale et la liberté d’expression ». Le philosophe Jean-Marc Piotte se demande si « ce sont seulement les grands partis qui ont le droit de prendre position, les grands dirigeants des médias » et suggère que le DGE empêche « de jeunes citoyens […]de prendre position pendant les élections sur un enjeu comme la charte ». Lui et un autre participant au film parlent de problèmes dans l’application de la Loi électorale.

Là-dessus, ils ont tort. Le fait qu’on empêche les acteurs de la société civile, qu’ils soient jeunes ou vieux, de se prononcer sur un enjeu important pendant les élections n’est pas un bogue du système québécois d’encadrement du débat pré-électoral. C’est une fonctionnalité. (It’s not a bug ― it’s a feature.) C’est une de ses fonctionnalités principales, même. Le problème, ce n’est pas la façon dont la Loi électorale est appliquée, mais le contenu de celle-ci. Le fait que les citoyens s’expriment aujourd’hui sur des médias sociaux (une réalité dont le DGE est bien conscient) n’y change quelque chose que dans la mesure où cette expression ne leur coûte rien. C’est effectivement souvent le cas, mais ce n’est pas parce qu’on utilise les médias sociaux que ce le sera toujours. Même si Mme. Simon n’a dépensé que son temps pour produire son film, dans la mesure où elle l’a fait dans le cadre de son emploi, il s’agissait bien d’une dépense électorale au sens de la Loi électorale, dont l’article 417, al. 2, dispose qu’

[u]ne personne peut […] fournir sans rémunération et sans contrepartie ses services personnels […] à la condition qu’elle le fasse librement et non comme partie de son travail au service d’un employeur (mes italiques).

Par ailleurs, même si le DGE avait erré dans les circonstances, il s’agirait d’une manifestation entièrement prévisible de l’effet paralysant (chilling effect) des dispositions de la Loi électorale, qui est en une conséquence tout à fait prévisible, comme pour toute autre loi qui restreint la liberté d’expression.

Le prof. Piotte a tout à fait raison de dire qu’empêcher des gens de se prononcer sur un des enjeux principaux d’une campagne électorale pendant, justement, cette campagne électorale est « antidémocratique ». Comme je l’ai écrit sur ce blogue,

[l]e législateur québécois estime que, pour les citoyens, une campagne électorale est une occasion de se taire. Dans un pays démocratique, c’est une idée intolérable.

Il faut donc changer la Loi électorale, la repenser entièrement. Pour les penseurs « progressistes », cela demandera un changement d’idées. J’espère qu’ils comprendront, maintenant, combien un tel changement s’impose.

Cependant, comme le démontre bien Michael Pal, dans le domaine électoral, même un consensus au sein de la population ne suffit pas forcément à faire changer les règles qui avantagent les partis établis, comme c’est le cas de la Loi électorale. Il faut donc que les tribunaux soient vigilants face aux tentatives de ces partis d’empêcher leurs concurrents ou leurs adversaires dans la société civile de se faire entendre, ce qu’ils n’ont pas toujours été par le passé.

Comme je l’ai déjà soutenu, les limites imposées par la Loi électorale à la libre expression des acteurs de la société civile sont inconstitutionnelles, malgré un arrêt de la Cour d’appel qui affirme le contraire. Selon moi, les auteurs de La charte des élections pourraient ― et devraient― aller devant les tribunaux pour défendre leur liberté d’expression. Car, toute cette triste histoire le démontre bien, on ne récolte que ce que l’on sème.

Le PQ et le Tea Party

Le mois dernier, Martin Patriquin avait fait grand bruit avec une chronique publiée dans le New York Times, où il affirmait qu’avec son projet de Charte de la honte, « en courtisant cet électorat blanc, populiste, rural, le Parti québécois, un parti de gauche, semble s’être aventuré sur en territoire du Tea Party » (ma traduction). Le gouvernement en a été assez offusqué pour que Bernard Drainville et François Lisée envoient une lettre au Times, parfaitement ridicule du reste, se comparant à Thomas Jefferson. Or, un billet publié cette semaine sur I-CONnect suggère que M. Patriquin avait parfaitement raison de comparer les partisans de la Charte de la honte au Tea Party.

Dans ce billet, intitulé « The Rise of the “Lost Constitution” Argument Within Right-of-Center Politics in the United Kingdom and United States of America », Jamie Fletcher explique que le Tea Party (tout comme le UK Independence Party, un parti d’ (extrême) droite populiste, auquel le PQ voudrait encore moins être comparé, je suppose, qu’au Tea Party) a « placé la “constitution perdue” au centre de [son] programme politique » (ma traduction ici et ci-dessous). Cette « constitution perdue » (selon l’expression de Randy Barnett) est celle qui aurait été oubliée ou même abolie à la suite d’un processus politique illégitime qui a débuté avec le New Deal et dont la présidence de Barack Obama est un paroxysme. Sans avoir eu recours au processus d’amendement prévu par le texte constitutionnel (et donc le seul qui soit légitime), une transformation politique et juridique aurait excisé de la constitution la protection de la liberté individuelle et de l’autonomie des États qui en étaient jadis les éléments clés et qui ont fait la grandeur des États-Unis. Le résultat, c’est qu’un « palier de gouvernment plus grand, moins redevable démocratiquement, légitime et représentatif » ― c’est-à-dire le gouvernement fédéral ― aurait « dérobé le pouvoir des unités de gouvernement plus petites », intervenant de plus en plus dans les affaires réservées aux États par la tradition et par la Constitution elle-même (notamment, par son 10e Amendement).

Or, cette position trouve un écho dans le discours tenu par le Parti québécois depuis bien des années, mais tout particulièrement depuis qu’il a fait de la Charte de la honte son cheval de bataille. À première vue, cette affirmation peut sembler surprenante, puisque le PQ cherche ostensiblement à créer une toute nouvelle constitution pour le Québec plutôt qu’à restaurer une ancienne. Cependant, si on s’attarde son argumentaire, on se rend compte que tout n’est pas si simple. Car, même s’il tient, en théorie du moins, au « projet de pays » et de constitution d’un Québec indépendant, le PQ emploie une rhétorique de constitution perdue pour le justifier. Il le fait encore davantage pour justifier la Charte de la honte.

La constitution perdue du PQ, c’est la constitution canadienne des années 60 et 70,  d’avant le rapatriement de 1981-82, d’avant la « la Charte à Trudeau » qui aurait imposé au Québec la doctrine honnie du multiculturalisme et le pouvoir des juges de la Cour suprême. Tout comme la constitution perdue du Tea Party, celle du PQ aurait été subvertie par un processus politique et judiciaire illégitime, le rapatriement et l’adoption de la Charte canadienne s’étant fait sans le consentement du Québec. Tout comme le Tea Party, le PQ déplore un transfert du pouvoir à un organe anti-démocratique (en l’occurrence, la Cour suprême du Canada) qui priverait la province de son autonomie traditionnelle et constitutionnelle. Cette autonomie est associée non pas strictement à la grandeur nationale, mais plutôt à une pureté culturelle qui joue le même rôle dans le discours nationaliste québécois que cette dernière dans le discours de l’exceptionalisme américain.

Une partie, du moins, du mouvement indépendantiste aurait accepté la légitimation rétrospective de ces développements, avec les accords du lac Meech et de Charlottetown, mais ces alternatives à l’indépendance n’ont pas abouti. L’indépendance du Québec est donc présentée non (seulement) comme un nouveau départ, un projet orienté entièrement vers l’avenir, mais (aussi) comme le moyen de retrouver une constitution à jamais perdue dans le système fédéral canadien. Et, à défaut de l’indépendance ou en l’attendant, la Charte de la honte serait un moyen de réaffirmer l’autonomie et l’exception culturelle québécoises, de marquer une différence face au multiculturalisme canadien envahissant, et de souligner la primauté du législateur québécois sur les juges fédéraux.

Certes, on peut se demander si ce discours constitutionnaliste n’est pas que de la frime, de la fumisterie qui sert à cacher ou à donner une expression politiquement correcte au ressentiment contre le changement. Eoin Carolan soulève cette possibilité dans sa réplique au prof. Fletcher (au même lien, mais plus bas). En deçà de la rhétorique constitutionnaliste du Tea Party (et du UKIP), suggère le prof. Carolan, il pourrait y avoir des

réponses complexes de groupes particuliers à la façon dont leur pouvoir politique et leur influence perçus se retrouvent sous pression des changements de la démographie, des valeurs politiques ou d’autres développements internationaux ou institutionnels. Si ces groupes perçoivent le gouvernement comme de moins en moins représentatif de leurs intérêts ― et donc illégitime ― il peuvent naturellement chercher le réconfort dans une époque passée où les politiques gouvernementales étaient plus proches de leurs propres opinions.

Je suis disposé à croire que cela explique en partie la pensée et la rhétorique de plusieurs de ceux qui s’identifient au Tea Party et d’une partie considérable des partisans de la Charte de la honte. Cependant, il serait injuste de nier carrément le sérieux de la « constitution perdue ». Car des changements constitutionnels bien réels se sont effectivement produits, tant aux États-Unis qu’au Canada, à la fois au niveau du droit et à celui des des idées reçues. En ce sens, la rhétorique de la « constitution perdue » s’appuie sur des faits, même si la présentation de ces faits n’est pas exempte d’exagération et inclut une part de demi-vérités. On peut et doit rectifier ces dernières mais, surtout, une critique de ce discours peut et doit remettre en question la prétention que les changements constitutionnels qu’il critique sont illégitimes.

Évidemment, les cas américain et québécois ne sont pas identiques. Il se peut bien que la rhétorique de la « constitution perdue » se justifie davantage dans un cas que dans l’autre. Quoi qu’il en soit, et sans porter de jugement sur le cas américain, je suis persuadé qu’elle est injustifiée dans le cas du Québec. Il n’en demeure pas moins qu’il est un élément important du discours péquiste. Et que, dès lors, le parallèle entre le PQ et le Tea Party est pleinement justifié.

What to Make of the Constitution

I have written a post on the Senate Reference hearings for I-CONnect, the blog of the International Journal of Constitutional Law. In large part, it follows up on and develops some of the ideas I had in my first impressions post last week, with a bit more context. I am cross-posting it below.

***

Over the course of three days last week, the Supreme Court of Canada heard submissions from the federal government, the ten provinces, two territories, two ami curiae, and several interveners on the constitutionality of the federal government’s proposals for reforming the unelected upper house of the Parliament of Canada, the Senate. Beyond the obvious importance of possible Senate reform, which has been discussed almost as long as Canada has existed, this case is potentially of great significance because it is the first time the Court considers the meaning of Part V of the Constitution Act, 1982, which includes Canada’s plethora of procedures for constitutional amendment.

The questions the Court is called upon to answer concern four possible reforms. First, the limitation of the terms of a senator’s office, currently held until a retirement age of 75, to a fixed number of years (possibly 9 or 10) or to the life of two Parliaments (about 8 years under normal circumstances, but shorter in the case of minority governments). Second, the creation of a system of consultative elections to be held in the provinces that desire it, the winners of which the Prime Minister would be required to “consider” recommending to the Governor General for appointment to the Senate. Third, the removal of the “property qualification” of $4000 to hold senatorial office, a considerable sum in 1867, meant to ensure the Senate’s position as the House of privilege, but by now a somewhat comical relic of an age long gone and little lamented. And fourth, the outright abolition of the Senate.

The first three of these reforms, the federal government argued, could be implemented by Parliament acting unilaterally, either under s. 44 of the Constitution Act, 1982 (for term limits and the property qualification) or under the residual “peace, order and good government” power of s. 91 of the Constitution Act, 1867 (for consultative elections). As for abolition of the Senate, the federal government took the position that it could be done under the “general” amending formula of the Constitution Act, 1982, requiring the consent of 7 provinces representing at least 50% of Canada’s population (the “7/50 formula”). Most provinces, as well as the interveners, however, are of the view that the instauration both of term limits and of consultative elections can only be done under the 7/50 formula, and that abolishing the Senate requires the provinces’ unanimous consent.

Legally, the reasons for these disagreements come down to differences over the proper way of interpreting Part V of the Constitution Act, 1982. Part V applies to changes to “the Constitution of Canada,” and provides several different amending formulae, ranging from unilateral action to agreement between the federal Parliament and all the provinces, depending on the subject of the proposed amendment. The trouble is that the subjects singled out for special amending formulae are described in confusing terms, making it unclear under which provision of Part V a proposed amendment falls. But the confusion goes even deeper, because the very definition of “the Constitution of Canada,” to the amendments to which Part V applies, is unclear and incomplete.

Over the course of arguments before the Supreme Court, there emerged three interpretive approaches that the Court might adopt. The federal government’s preferred approach is―its denials notwithstanding―literalist. On this reading, the “powers of the Senate” entrenched by s. 44 do not include any senatorial independence that might be compromised by shortened term limits. The expression “method of selecting senators,” in the same provision, refers only to the formal appointment by the Governor General, and not to the fact that Senators are understood to be appointees lacking electoral legitimacy. And, since the list of constitutional changes requiring unanimous agreement of the provinces in s. 41 of the Constitution Act, 1982, does not specifically mention the abolition of the Senate, it does not cover it.

A second approach, championed by Québec, might be called originalist, in that it focuses on preserving the bargain struck at confederation in 1867. The Senate was, all agree, a central element of that bargain, so it is not to be touched without the consent of the parties to that bargain―that is to say, the provinces as well as the federal government. And even if some of the expectations of these parties, such as those regarding senatorial independence, have not been fulfilled, they must be upheld “regardless of reality.”

Most provinces, however, as well as the interveners and the amici curiae, urged the Court to take what was often described as the “living tree” approach, focusing not so much on the words of the constitutional text or the historical compromises that gave birth to it as on what matters most for its present and future operation. So the “method of selecting senators” is not only the part of the selection process described in the constitutional text (i.e. the appointment by the Governor General); “the powers of the Senate” include its independence, whatever exactly that might be (since it is clear that the Senate is, in fact, a political, partisan body); and the requirement of unanimous consent applies not only to the changes listed in s. 41, but also to other fundamental changes to the constitution.

In reality, however, interpretive approaches are not so neatly distinct. In what an intervener described as a dangerous application of the living tree approach, the federal government urged the Court to allow Parliament to bring the Senate into the 21st century, and not to require unrealistic levels of political agreement, condemning the country to another “135 years of talks.” Conversely, those opposed to the federal government’s proposal made much of the fact that the abolition of the Senate was simply not contemplated when the amending formula was being drafted in 1981, arguing that this, rather than the relative unimportance of such a change, explained its conspicuous absence from s. 41. As a bemused Justice Rothstein put it to Manitoba’s lawyer, “whatever works?” “Welcome to the law,” she replied.

What works, and what doesn’t, are questions that will weigh heavily on the Court’s collective mind. What works with an amending formula which, although drafted merely a generation ago, seems to reflect a very different country than the one in which we now live? A country where constitutional negotiations were not being described as the opening of a “can of worms,” and where agreement on substantive constitutional change seemed within reach; a country much preoccupied by the then-Prime Minister’s suspected republicanism, but not all by the prospect of the abolition of the Senate; a country that thought nothing of ruling its northern territories like colonies, and its First Nations like subject peoples, whose views on constitutional change could safely be ignored. What sort of authority can a constitutional text drafted under such circumstances have? Yet saying that this text is insufficient to meet the needs of today―never mind those of the years and decades to come―only forces one to confront the question of what sort of authority the Supreme Court has effectively to re-write it.

Yet the Supreme Court of Canada has not been shy about intervening in constitutional reform in the past. It stopped possible Senate reform in its tracks with the in 1979, prevented unilateral Patriation of the constitution in 1981, and ruled that a unilateral secession of Québec would be illegal in 1998. In none of these cases was it relying on explicit constitutional provisions. In all of them, it ruled that constitutional change required a broad agreement between the federal government and the provinces, and could not result from unilateral action. Although it is, of course, dangerous to make such predictions on the basis of questions asked at oral argument, insofar as it concludes that Part V of the Constitution Act, 1982 does not clearly reflect this preference for consensus, the Court did not seem very likely to heed the federal government’s call for it not to treat the constitutional text as a mere “suggestion box.”

Bad Poetry

“A statute is written to entrap meaning, a poem to escape it.” So writes Hillary Mantel in Bring Up the Bodies. That’s true ― normally. But some statutes are in fact written to escape meaning rather than to capture it. They are usually bad statutes, and often bad poetry. What was first mooted as the Charter of Secularism, then became the Charter of Québec Values, and has now become Bill no. 60: Charter affirming the values of State secularism and religious neutrality and equality between women and men, and providing a framework for accommodation requests ― which, following André Pratte, I will from now on refer to, for brevity and clarity’s sake, as the Charter of Shame ― is a case in point.

I have criticized the Charter of Shame repeatedly (my posts on its various versions are collected here), arguing that it was unjust, illiberal, discriminatory, and indeed reminiscent of some (early) Nazi laws. All of these criticisms remain in force. The bill that Bernard Drainville finally presented yesterday differs only in minor ways from the proposals made public a couple of months ago. But having the text of the bill (a pdf document is available here) makes it possible to examine not only the substance but the form which the PQ’s xenophobia has taken.

The bill’s very first clause is a muddle:

In the pursuit of its mission, a public body must remain neutral in religious matters and reflect the secular nature of the State, while making allowance, if applicable, for the emblematic and toponymic elements of Québec’s cultural heritage that testify to its history.

But the real question, all long, has been what it means to “remain neutral in religious matters.” Does it, for instance, mean not having town council meetings open with prayers? What if the prayer, as the Québec Court of Appeal has held, is not really a religious exercise but an element of Québec’s cultural heritage? Can a prayer really be that? The bill does nothing to answer these questions ― it is not meant to.

Consider next the Charter of Shame’s most discussed and most controversial provision, the ban on public employees wearing religious symbols. Mr. Drainville used little drawings to explain that it is meant to apply to the Muslim veil or the yarmulke, as well to large crosses,  but not to  small crosses, or crescent or star of David pendants. But a bill cannot use pitcograms ― it has to find a verbal formula to convey meaning. They say that an image is worth a thousand words, but clause 5 of the Charter of Shame makes do with just 33:

In the exercise of their functions, personnel members of public bodies must not wear objects such as headgear, clothing, jewelry or other adornments which, by their conspicuous nature, overtly indicate a religious affiliation.

What meaning does it convey though? Does a hijab have a “conspicuous nature”? Perhaps to Mr. Drainville it does. To those less fearful of people who look differently from themselves, it might not. To an Islamist fanatic, it is not the hijab but an uncovered head that is conspicuous. A court called upon to interpret this provision will not adopt a fanatic’s viewpoint ― but must it adopt Mr. Drainville’s? Conversely, a small cross of the sort that many Christians surely “overtly indicates a religious affiliation,” and ― depending on just how it is worn ― it can easily be visible. Who says it is not conspicuous?

Another well-publicized requirement of the Charter of Shame is the ban on full face veils that applies both to public employees and to those receiving public services. But does it? Clause 7 provides that “[p]ersons must ordinarily have their face uncovered when receiving services from personnel members of public bodies” (emphasis mine), and its second paragraph specifically contemplates the possibility of “accommodation.” Presumably, Mr. Drainville is not quite heartless enough to throw niqab-wearing women out of emergency rooms, but reading this bill, we can hardly tell.

And so it goes on, from fudge to equivocation to understatement. Will the obligations imposed by the Charter of Shame apply to those in the private sector who do business with the government? If the government so decides if “warranted by the circumstances” (clause 10). What will happen to employees who refuse to take off a religious symbol? They’ll get a talking to (clause 14). And what then? Will they be fired? Silence.

It is a staple of formal accounts of the Rule of Law that making law public is likely to make it, if not substantively better, then at least less bad, because legislators do not like to make their bad intentions clear. Yet we know that this is not always so; openly iniquitous laws are sometimes enacted. But it is true often enough. And so with the Charter of Shame: it is iniquitous enough, and yet in many ways it dares not proclaim the discrimination it works openly.

It is indeed a statute written to escape its own meaning. It is poetry, poetry of the worst kind, poetry that gives the Vogons’ a run for its money. It must not become law.